Comprendre la grille GIR

Le GIR signifie Groupe Iso-Ressources. Il correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée et détermine le droit à l’APA, c’est-à-dire l’Allocation Personnalisée d’Autonomie.

Les catégories du GIR

Le GIR est divisé en six catégories. Le niveau 6 correspond à la perte d’autonomie la plus faible et le numéro 1 à la plus forte. Le niveau est calculé à partir de la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique et Groupe Iso Ressources).

Cette grille AGGIR est composée de 17 variables. 10 de ces données évaluent la perte d’autonomie physique et psychique et servent à calculer le niveau du GIR.

Le 7 autres variables sont considérées comme illustratives et n’entrent pas dans le calcul du GIR. Elles sont utilisées pour élaborer de plan d’aide de l’APA.

Chacune de ces 17 rubriques est notée par les lettres A, B ou C. A correspond à des actes accomplis seul, spontanément et correctement. B concerne les actes qui ne sont pas accomplis spontanément ou qui ne sont pas correctement effectués. C recense les actes qui ne sont pas accomplis seul.

Quels droits en fonction de son GIR ?

Les personnes évaluées en GIR de niveau 1 à 4 bénéficient de l’APA, les niveaux 5 et 6 ne peuvent pas bénéficier de l’APA.

Le niveau de GIR sert également à déterminer le montant de l’aide accordée. La personne en GIR 1 nécessite une présence continue et a donc droit à l’APA la plus élevée. Une personne en GIR 6 est parfaitement autonome et n’a pas droit à l’APA, tout comme la personne en GIR 5 qui n’a besoin que d’une aide ponctuelle.

Comment l’évaluer son GIR et demander une aide

La demande d’APA doit être effectuée auprès du conseil départemental. Celui-ci mandate une équipe médico-sociale APA ou un autre organisme agréé qui vous contacte pour effectuer une visite d’évaluation à domicile. La personne âgée peut demander à son médecin ou à des proches d’être présents lors de la visite.

Le professionnel de santé qui effectue la visite établit le niveau de GIR.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 Bien vieillir : un esprit sain dans un corps sain

 4 conseils pratiques pour faire son arbre généalogique