aidant bien-être
Aidant : veillez à votre bien-être !

Comme près de 11 millions de français, vous accompagnez quotidiennement un proche malade, âgé ou en situation de handicap. Bien qu’essentiel pour la personne soutenue, votre rôle est complexe, et impacte votre vie personnelle.

L’enquête nationale Ipsos-Macif de 2020 signale que plus de 6 aidants familiaux sur 10 sont surmenés et épuisés. Mais, comment veiller à son bien-être lorsque l’on est aidant ? Nos conseils pour prendre soin de soi.

Soyez attentif à votre santé

Vous vous impliquez sans compter pour faciliter le quotidien de la personne aidée. Ceci s’ajoute à vos propres contraintes personnelles et professionnelles. Attention à l’épuisement et au surmenage, qui nuisent à la santé du corps et de l’esprit. Environ 53% des aidants décèlent des effets négatifs sur leur propre santé.

Ainsi, accordez une attention particulière aux signes de fatigue, à l’apparition de douleurs ou à un changement de votre comportement. N’hésitez pas à solliciter l’avis de votre médecin traitant. Enfin, gardez à l’esprit que vous ne pourrez pas prendre soin de l’autre de manière optimale si vous n’êtes pas vous-même en bonne santé.

 

Aidant : veillez à votre bien-être, c’est aussi ne pas vous isoler

Près de la moitié des aidants se sentent seuls et souffrent de ne pas disposer de soutien moral. C’est pourquoi il est important de connaître les ressources à votre disposition. Voici quelques exemples :

– la CNSA (caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), qui organise des formations pour les aidants et relaye de nombreuses informations en ligne ;

– l’Association Française des aidants, et ses groupes de parole animés par des professionnels ;

– les forums, les permanences téléphoniques de certaines associations comme Avec nos proches ;

– la consultation d’un psychologue.

 

Envisagez de déléguer

 

74% de ceux qui accompagnent un proche en perte d’autonomie jugent les périodes de répit essentielles. Lorsque l’on est aidant, se reposer et s’accorder du temps est une manière de veiller à son bien-être. Souffler est également un droit, reconnu par la loi d’adaptation de la société au vieillissement de 2015.

Différents organismes sont habilités à prendre le relais auprès de votre proche : un réseau de soins à domicile, une structure de services à la personne, un hébergement temporaire… Aussi, des dispositifs existent et permettent de réduire les dépenses engagées. Par exemple, l’aide à domicile est déductible des impôts (jusqu’à 50% des dépenses annuelles) et compatible avec l’APA (l’allocation personnalisée d’autonomie).

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Aidant familial : déléguer sans culpabiliser

• Le congés de proche aidant rémunéré !