La « personne de confiance »

Accompagnement - personne de confiance

La personne de confiance sert d’accompagnatrice et de porte-parole à toute personne majeure, lors de son parcours médical, qu’elle soit ou non en état d’exprimer sa volonté. Désigner une personne de confiance est un droit du patient, en aucun cas une obligation. Cette démarche doit être faite par écrit pour être légale.


Qu’est-ce qu’une personne de confiance ?

La personne de confiance peut vous accompagner dans vos démarches, mais aussi prendre les décisions pour vous, si vous n’êtes plus en état de le faire, que ce soit à la suite d’une hospitalisation ou lorsque vous arrivez en fin de vie. Il peut s’agir d’un proche, de quelqu’un de la famille, et même de votre médecin traitant.

La personne de confiance est une personne majeure qui s’engage à respecter vos volontés et qui est tenue au secret médical. Les directives demeurent confidentielles jusqu’à ce qu’un professionnel de santé doive faire appel à cette personne pour connaître les volontés anticipées du patient.

La personne de confiance :
• vous accompagne lors de vos entretiens médicaux ;
• vous aide à prendre des décisions pour votre santé ;
• vous aide à comprendre les éléments de votre dossier médical, auxquels elle n’a accès qu’en votre présence.

Si vous n’êtes plus en mesure d’exprimer votre volonté, elle :
• devient votre référent auprès de l’équipe médicale ;
• reçoit toutes les informations s’il est question de passer par des essais thérapeutiques ;
• vous accompagne lors de vos sorties, si vous êtes interné en hôpital psychiatrique ;
 informe de votre volonté de l’arrêt ou la poursuite des traitements ;
• intervient en cas de recherche biomédicale ou tests génétiques.

Dans tous les cas, elle est votre porte-parole et s’appuie sur vos directives. Il est préférable de les rédiger, afin qu’il ne subsiste aucun litige, surtout en cas de désaccord avec la famille. En effet, la parole de personne de confiance prime sur celle de la famille.

La personne de confiance exprime vos volontés, mais seule l’équipe médicale prend les décisions définitives quant aux actions à mener.

La différence entre personne de confiance et personne à prévenir

La personne à prévenir en cas d’accident ou en cas de décès exerce un rôle différent. Sa désignation ne passe pas par un formulaire officiel. Elle n’a aucun accès à votre dossier médical et son rôle se limite à de l’accompagnement.

Si le patient souhaite que la personne à prévenir puisse exprimer sa volonté, il peut la nommer officiellement personne de confiance.

En cas de placement sous tutelle

En cas de placement sous tutelle, la personne de confiance est révocable. Elle peut cependant demander au tuteur de lui confirmer la continuité de son rôle, en passant par un juge des tutelles. Le cas peut notamment se présenter lorsque le patient entre dans un établissement de santé de type EHPAD.

Pourquoi et quand choisir une personne de confiance ?

La personne de confiance peut être nommée à tout moment de votre vie à partir de votre majorité.
Certains moments forts de la vie font souvent prendre conscience de la nécessité de désigner une personne de confiance : hospitalisation, accident grave, entrée dans un établissement pour personnes âgées, décès d’un proche, etc.

Quelles démarches pour établir la personne de confiance ?

Pour prouver le consentement éclairé des patients, la désignation de la personne de confiance n’est légale que par écrit. Vous pouvez remplir le formulaire dédié ou écrire sur papier libre. Le document doit contenir les coordonnées des deux personnes, et doit être daté et signé.

Si vous éprouvez des difficultés à écrire, vous devez demander à deux témoins d’attester par écrit que le choix de la personne de confiance est conforme à votre volonté.

Pour vous assurer que la personne de confiance sera consultée par l’équipe soignante dans le cas où vous ne pourriez pas exprimer votre volonté, vous devez en informer les professionnels de santé pour qu’ils intègrent ce document dans votre dossier médical.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

•  Vos droits : santé, information et confidentialité

•  Loi Léonetti : le droit des malades

 

Partagez sur :