L’aspirine est-elle dangereuse pour les plus de 75 ans ?

L'aspirine chez les plus de 75 ans

L’acide acétylsalicylique, plus connu sous le nom d’aspirine, est un médicament reconnu pour ses propriétés antipyrétiques, analgésiques, anti-inflammatoires et anticoagulantes. Pour autant, il s’avère que l’aspirine peut être dangereuse si elle est consommée régulièrement par des personnes de plus 75 ans. Mais qu’en est-il réellement ? Le blog Maintien à Domicile vous aide à comprendre.

Les bienfaits de l’aspirine

L’aspirine est un médicament aux multiples vertus. À ce jour, elle est massivement utilisée par les personnes ayant été victimes d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC. En Europe, 40% des patients âgés prennent de l’aspirine. Et pour cause, on considère que ce médicament permet de réduire les risques de récidive. Cependant, comme beaucoup de médicaments, l’acide acétylsalicylique peut entraîner des effets secondaires.

Un risque de développer une hémorragie digestive

C’est au Royaume-Uni, à l’université d’Oxford, que des chercheurs ont tenté de mieux comprendre comment fonctionne l’aspirine et quels sont les risques d’une prise régulière. Et selon une étude réalisée sur 3 000 personnes durant 10 ans, il s’avère que 314 d’entre elles ont souffert d’effets indésirables après avoir consommé de l’aspirine. Et certains de ces effets ne sont pas anodins. Cela peut provoquer des saignements graves. Chez les plus de 75 ans ce risque est multiplié par 3 et les risques de saignements mortels sont multipliés par 5. Et plus l’on vieillit, plus les risques sont importants. C’est ainsi que l’étude en a confirmé d’autres réalisées en amont, à savoir qu’une consommation régulière d’aspirine peut entraîner des hémorragies digestives. 1,5% des personnes de moins de 65 ans ont été hospitalisées pour cette raison. Ce chiffre passe à 5% chez les plus de 85 ans. Il y aurait donc bien une corrélation entre l’âge et les effets néfastes de la consommation d’aspirine.

Que faire pour limiter les risques ?

Concrètement, l’aspirine inhibe certaines protéines engendrant une sensibilité plus importante des muqueuses gastriques aux attaques acides, ce qui explique le risque de souffrir d’une hémorragie gastrique. C’est pourquoi il est préconisé, pour les personnes de plus de 75 ans considérées comme plus fragiles, d’accompagner la prise d’aspirine de médicaments anti-reflux œsophagiens (appelés IPP). À ce jour, un quart des personnes suivies lors de l’étude des chercheurs d’Oxford prennent des IPP en parallèle, il est probable que cette étude incite les médecins à proposer plus massivement ces médicaments en complément de l’aspirine.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Tout savoir sur l’AIT ou « mini AVC »

 Qu’est-ce que la iatrogénie médicamenteuse ?

 Les thérapies non médicamenteuses, parade contre la maladie

 

 

Partagez sur :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>