L’automédication : Prenez garde !

L’automédication : Prenez garde !

Avec près de 50 boîtes de médicaments consommées chaque année par habitant, la France est l’un des premiers consommateurs au monde. Une abondance qui tend davantage à développer un phénomène ancien : l’automédication.

En effet, par manque de temps ou d’argent les français ont de plus en plus tendance à recourir à leur propre « armoire à pharmacie ». Ainsi, 7 personnes sur 10 y ont recours au moins une fois dans l’année. Une tendance favorisée par les publicités des entreprises pharmaceutiques, pourtant réglementées, mais aussi par la possibilité offerte aux usagers d’accéder librement et sans prescription à près de 400 médicaments. C’est ainsi que plus de 500 millions de médicaments sont vendus chaque année en France, un chiffre qui sera amené à croître encore d’ici à 2015. 

Une forte consommation favorisée par le développement de l’automédication

L’automédication correspond à cette pratique qui consiste à se procurer des médicaments sans aucun avis médical a le vent en poupe. Un succès dû notamment à la volonté croissante des français de se prendre en charge eux-mêmes en effectuant un diagnostic en fonction des symptômes ressentis. De plus, les pouvoirs publics eux aussi, favorisent l’automédication en augmentant le nombre de médicaments en libre accès, avec pour objectif : une baisse des dépenses de la Sécurité Sociale. Outre l’aspect financier et un phénomène qui se généralise, l’automédication doit être maîtrisée et utilisée en connaissance de cause.

Les médicaments peuvent, lorsqu’ils sont mal utilisés, avoir les conséquences inverses de leur objectif premier : la guérison. D’autant plus que l’utilisation intempestive d’un médicament peut altérer l’action d’autres traitements en cours (comme ceux pour l’hypertension ou le cholestérol) et ainsi, avoir de graves conséquences. De plus, la prise de médicaments sans avis médical peut mener à soigner les symptômes sans pour autant combattre les causes réelles de la maladie et ainsi retarder la guérison de celle-ci.

L’automédication n’est une bonne parade contre les maladies mineures que lorsque celle-ci est adaptée à des soins basiques et lorsque les risques de complications sont faibles. Ainsi, il est important de prendre les mesures nécessaires afin d’éviter toute menace. Ces mesures passent notamment par la bonne conservation des médicaments mais aussi par une lecture méticuleuse des notices fournies avec le traitement. Ayez à l’esprit que l’automédication doit s’effectuer sur une courte durée, au-delà, seul votre médecin traitant pourra vous soigner efficacement.

Toutefois, lorsque vous privilégiez l’automédication, certaines prérogatives doivent êtres respectées :

• Consulter un médecin en cas de doute sur le médicament

• N’utiliser l’automédication que sur une période courte, quel que soit le résultat

• Demander conseil aux pharmaciens lors de l’achat du médicament

• Lire attentivement et respecter les recommandations de la notice

• Prohiber le cumul des médicaments

• Lors des consultations, ne pas hésiter à dire à son médecin qu’on a eu recours à l’automédication

• Vérifier que la date de péremption ne soit pas dépassée

Enfin, n’oubliez pas que [pour le moment] les seuls points de vente fiables pour se procurer le précieux remède restent les pharmacies. Aussi, la maxime de Louis Pasteur : « Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » n’a jamais été aussi pertinente car rien ne remplacera les conseils de son médecin ou de son pharmacien !

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

L’essor des médecines douces : homéopathie, acupuncture…

• Les thérapies non médicamenteuses, parade contre la maladie

Partagez sur :