AVC : prise en charge et rééducation

AVC : prise en charge et rééducation

M. a posé la question suivante :

« Bonjour, Mon frère chéri âgé de 79 ANS 1/2 vient de faire un AVC, mercredi de cette semaine. Interdiction pour lui de se lever, parce qu’il a un rétrécissement important de la carotide et ils craignent, malgré les soins intensifs, qu’il récidive. Autrement il pourrait se lever,  aphasie, donc désordre dans le langage, dépressif, il pleure, il a déjà commencé les séances d’orthophonie, avec une mauvaise volonté évidente, pour lui cela ne sert à rien, de toute façon il ne sera plus jamais comme avant. Il est entouré, et l’on fait tout ce qu’il est en mesure de faire. Qu’y a-t-il d’autre à faire – qu’espérer de son état dans les jours à venir ? Je suis très affectée, alors j’attends beaucoup de votre aide. MTHW. »

Voici la réponse de notre médecin :

Bonjour,

Il existe deux piliers dans la prise en charge de l’accident vasculaire cérébral (ou AVC) : 

  • Le traitement causal, médical, qui consiste à déboucher l’artère cérébrale incriminée ou à arrêter l’hémorragie, et détermine le pronostic vital.
  • La prise en charge paramédicale, non moins importante : elle s’axe sur la rééducation des gestes, de la parole et des fonctions cognitives. C’est là qu’interviennent l’orthophoniste, le kinésithérapeute, le psychomotricien, et dans une moindre mesure, le psychologue ou l’ergothérapeute.

Cette rééducation doit être la plus précoce possible car c’est là que se joue le pronostic fonctionnel de l’AVC, c’est à dire la capacité à récupérer l’autonomie que votre frère avait auparavant.

Il faut rester prudent, le pronostic vital et le pronostic fonctionnel, ne sont pas prévisibles dans un AVC…mais, les études montrent qu’ils sont d’autant meilleurs que la prise en charge est précoce.

Votre rôle, au delà de celui de l’équipe médicale, est donc de le convaincre que toutes ces interventions sont développées pour son bien et de l’encourager dans leur application. Reprenez-le, par exemple, lorsqu’il vous dit que rien ne sera jamais comme avant son accident vasculaire cérébral. Expliquez-lui que cela ne dépend que de lui et de sa bonne volonté à réaliser les exercices.

Votre rôle est aussi de vous assurer que les médecins ont bien pris en compte tous les aspects ci-dessus et qu’une prise en charge pluridisciplinaire a bien lieu, dans la mesure de ce qu’il est possible dans votre région.

Concrètement, cela veut dire : ne pas hésiter à prendre régulièrement des nouvelles auprès du médecin, de l’interne, ou même de l’infirmière, pour montrer que l’entourage est présent, vigilant et aussi disponible (le médecin est parfois amené à s’appuyer sur l’entourage pour mettre en place une prise en charge à domicile).

Ne pas hésiter à questionner les médecins sur la nécessité et si oui, sur la possibilité d’un transfert en centre de rééducation, avant retour à domicile.

En fonction de l’évolution de son état de santé, de son niveau de dépendance et de ses capacités de récupération, leur demander si un retour à domicile est envisageable ou s’il vaut mieux commencer les démarches auprès de la maison de retraite.

Faire venir un ergothérapeute à domicile pour voir les changements éventuellement nécessaires dans l’aménagement de son environnement (accès, couchage, douche…).

Demandez au médecin traitant si la venue d’un professionnel de santé (infirmière/aide-soignante) à domicile, officiellement pour préparer les médicaments ou aider à la toilette, peut contribuer à sécuriser le retour à domicile, discuter de la mise en place d’une télé alarme, etc.

Vous comprenez au travers de ces conseils que votre rôle d’aidant est primordial pour la récupération des capacités physiques et pour la conservation du moral de votre frère. Même s’il est diminué suite à son accident vasculaire cérébral, il doit rester acteur de sa propre vie et faire ses choix pour que traverser une telle épreuve soit le moins traumatisant possible pour lui.

En espérant avoir répondu à vos attentes et en vous encourageant dans vos démarches de soutien, nous restons à votre disposition.

 


Vous souhaitez réagir à cet article ? Poser une question à nos médecins ?

A vous de jouer !

Poser une question à nos médecins


 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 Accident vasculaire cérébral : comment détecter et prévenir ?

 Vivre après un AVC

Partagez sur :