Troubles de la déglutition : que faire ?

Troubles de la déglutition : que faire ?

Le repas, alliant plaisir et nécessité vitale, fait intervenir un mécanisme essentiel appelé déglutition. Cependant, avec le vieillissement de la personne, des troubles de la déglutition peuvent apparaître, rendant ce moment difficile et éprouvant. On parle alors de presbyphagie, qui implique des adaptations au quotidien lors de la prise de nourriture, solide ou liquide.

La déglutition regroupe les actes qui permettent de faire passer les aliments solides et liquides de la bouche à l’estomac, concernant à la fois le cerveau et de nombreux muscles. Elle se découpe en trois phases :

  • Buccale : c’est une phase préparatoire et volontaire, durant laquelle les aliments sont mâchés, mélangés à la salive grâce aux dents, aux lèvres, aux joues et à la langue.
  • Pharyngée : la base de la langue recule, les aliments mastiqués basculent vers l’œsophage. C’est une phase réflexe, durant laquelle la respiration de la personne est stoppée.
  • Œsophagienne : durant cette phase réflexe, les aliments descendent vers l’estomac grâce aux contractions de l’œsophage.

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée

A partir de 65 ans, parfois même un peu plus tôt, le vieillissement entraîne souvent un certain nombre de changements. On note notamment une baisse de la force musculaire au niveau de la bouche, une diminution du goût et/ou de l’odorat, des problèmes dentaires avec appareils ou non, moins de salive, etc.

La presbyphagie devient de plus en plus importante à mesure que la personne vieillit. Elle passe parfois inaperçue, jusqu’à ce que des « fausses routes » apparaissent, c’est-à-dire lorsque les aliments passent par les voies aériennes, pouvant entraîner de graves pathologies au niveau des poumons.

Les symptômes de la presbyphagie

Les signes d’une presbyphagie ne sont pas à négliger. Outre les fausses routes à répétition, on peut également noter des repas qui durent, une toux réactive, des reflux par le nez, la perte du plaisir de boire et de manger, un stress important au moment des repas, etc., pouvant aller jusqu’à la dénutrition et la déshydratation de la personne.

Comment lutter contre les troubles de la déglutition ?

Des adaptations sont possibles afin de limiter au maximum les risques et de redonner au « mangeur » l’envie et le plaisir de prendre un repas, qu’il est essentiel de prendre dans le calme. Il faut ainsi veiller à :

  • La posture : assis, pieds à plat, tronc légèrement penché en avant et menton rengorgé pour protéger au maximum les voies aériennes et éviter les fausses routes.
  • Les textures : parfois il suffit de modifier la texture des aliments, en les moulinant un peu plus, voire en les mixant, afin de ne pas épuiser la personne qui a du mal à mastiquer. On peut éviter aussi les aliments trop petits (semoule, riz, etc.), qui s’effritent (gâteau sec, pâte feuilletée, etc.) ou qui comportent trop de fils (asperges, haricots verts, épinards en branche, viande filandreuse, etc.).
  • Les liquides : il existe des poudres qui épaississent l’eau ou le café, ou encore de l’eau gélifiée à différents arômes, à prendre à la cuillère.
  • Les ustensiles : pour éviter de mettre la tête trop en arrière lorsqu’elles boivent, certaines personnes utilisent des verres à embouts, ou encore à découpe nasale, ou se servent d’une paille.

En cas de troubles de la déglutition permanents, invalidants et menaçant la santé de la personne âgée, le médecin pourra orienter celle-ci vers des spécialistes comme le diététicien, l’orthophoniste ou encore l’ergothérapeute qui reprendront plus en détail et en profondeur toutes les adaptations nécessaires, afin que le moment du repas reste un moment de plaisir, sans risques.

Dr Chevillot Sauger, Orthophoniste

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

•  La nutrition des seniors

  Masse Musculaire et Nutrition

  Dénutrition des personnes âgées : comment la détecter ?

•  Le portage de repas : facilitez-vous la vie !

Partagez sur :