Qu’est-ce que la iatrogénie médicamenteuse ?

Tout savoir sur la iatrogénie médicamenteuse

Aujourd’hui, la iatrogénie médicamenteuse est devenue une priorité pour de nombreux professionnels de la santé. Pourquoi ? Quels en sont les risques ? Et comment prévenir les effets iatrogènes ? Le blog Maintien à domicile vous explique.

La prise de médicaments est un geste qui s’est banalisé et pourtant il est loin d’être anodin. Si les médicaments prescrits traitent certes des pathologies ciblées, ils présentent également des effets indésirables parfois graves pour l’organisme. C’est ce que l’on appelle la iatrogénie médicamenteuse

La iatrogénie médicamenteuse et ses conséquences

La iatrogénie médicamenteuse désigne l’ensemble des effets indésirables qui peuvent être provoqués par un traitement médical, quels que soient les effets, du plus bénins au plus néfastes pour l’organisme. Ces effets secondaires sont appelés « effets iatrogènes » lorsque que le traitement médical d’un patient déclenche des symptômes différents de ceux qu’il cible et soigne au départ.

Plusieurs raisons entraînent la iatrogénie parmi lesquelles un phénomène d’interaction : certains médicaments pouvant modifier l’activité d’autres, que ce soit en diminuant leur efficacité ou en la démultipliant, de même que les risques associés. Ces interactions existent aussi avec des aliments, boissons ou plantes et des facteurs environnementaux.

La surmédication chez les personnes âgées, facteur de risque de la iatrogénie médicamenteuse

Ces effets indésirables iatrogènes apparaissent en fonction de la dose, de la durée du traitement ou encore du nombre de médicaments prescrits au patient.

Avec l’âge, un patient se voit prescrire de plus en plus de traitements médicamenteux. En effet, une personne âgée multiplie les pathologies : insuffisance rénale, maladies cardio-vasculaires, etc. En parallèle, l’organisme est moins performant et les capacités d’épuration de certains organes diminuent.

C’est pourquoi les seniors développent des accidents médicamenteux dits iatrogènes et nécessitent une attention particulière de façon à identifier et repérer ces effets secondaires liés à la surmédication.

Comment prévenir la iatrogénie médicamenteuse ?

Plusieurs recommandations permettent de limiter les effets iatrogènes :

  • Faites régulièrement réévaluer votre traitement et réalisez chaque année un nouveau bilan de santé. Avec l’âge, un patient est généralement suivi par son médecin traitant généraliste mais également plusieurs médecins spécialistes en fonction des pathologies. Chacun prescrit des traitements spécifiques c’est pourquoi il est important de faire des bilans réguliers de façon à estimer l’action et l’intérêt de chaque médicament.
  • Adoptez une alimentation saine
  • Évitez autant que possible l’automédication
  • Prenez le temps de lire les notices qui accompagnent chaque médicament : ce document obligatoire indique notamment les précautions d’emploi, les situations contre indiquées, ou encore les effets indésirables en liste quasi exhaustive. De la même façon, conservez toutes les boîtes et notices des différents médicaments qui vous sont prescrits.

Vous êtes sous traitement et un nouveau symptôme vous semblant anormal a fait son apparition ? N’attendez pas, prenez rendez-vous chez votre médecin !

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

  L’automédication : Prenez garde !

  L’essor des médecines douces : homéopathie, acupuncture…

•  Les thérapies non médicamenteuses, parade contre la maladie

Partagez sur :