Problème de digestion : les remèdes naturels

digesion naturelle

Le pouvoir de nuisance des problèmes digestifs est handicapant. Si vous en souffrez, votre premier réflexe doit être de vous interroger sur l’équilibre de votre alimentation.

Vous devez apprendre à composer des repas réguliers et sains qui donnent à votre système digestif tous les outils pour bien fonctionner. En cas de dysfonctionnement, nous vous indiquons 3 remèdes naturels éprouvés qui permettent de régler les principaux problèmes digestifs.

Cependant, si vous constatez des symptômes inquiétants, une visite de contrôle chez le médecin s’impose.

La badiane ou anis étoilé pour réduire les problèmes d’indigestion

La badiane – aussi appelée anis étoilé – est une plante originaire d’Asie, poussant essentiellement dans les régions tropicales. Elle est prisée pour ses propriétés anti-inflammatoires, antalgiques et antispasmodiques.

Le fruit de la badiane est cueilli à maturité, puis séché. Il se consomme sous forme d’infusion, décoction ou huile essentielle.

Les principes actifs de la badiane

L’anis étoilé agit sur le système digestif, grâce à ses principes actifs : acide shikimique, estragol, linalol, terpinéols, polysaccharides, méthyl-chavicol, flavonoïdes, safrol et anéthol (à l’origine de son arôme).
La badiane permet de soigner divers problèmes digestifs. Elle est carminative, ce qui signifie qu’elle aide l’expulsion des gaz intestinaux et réduit les flatulences. Elle apaise les inflammations du côlon qui dégénèrent en colite. Grâce à son action stimulante sur la sécrétion biliaire, elle soulage les indigestions.

Les figues pour fluidifier le transit intestinal

Si vous avez des problèmes de transit intestinal et de constipation, voilà l’occasion de profiter de succulentes figues qui vont régler votre problème. Les figuiers sont originaires du Proche-Orient, mais poussent très bien en France.
Si vous en plantez un dans votre jardin, vous serez surpris de la rapidité de sa croissance, bien plus spectaculaire que nos pommiers et cerisiers.
Les figues se récoltent de fin juillet à l’automne, mais vous les trouvez séchées tout au long de l’année. Vous pouvez les consommer natures ou les incorporer à vos gâteaux, clafoutis, ou même sorbets et glaces.

Les vertus laxatives de la figue

La haute teneur en fibres insolubles de la peau et des graines de la figue lui confère une action laxative. Les fibres gorgent d’eau le tube digestif, ce qui évite la formation de selles dures et facilite le transit intestinal.

Les figues séchées étant plus condensées en fibres, ainsi qu’en magnésium, leur effet laxatif est supérieur à celui des figues fraîches.
Les figues contiennent d’autres éléments très positifs pour l’organisme : pectine, vitamines du groupe B, en particulier B2, potassium, calcium, phosphore et magnésium.

Seul bémol qui invite à la modération, les figues sont assez caloriques.

L’argile comme pansement intestinal

L’argile est recommandée pour en cas d’intoxication alimentaire, de diarrhée et pour faire suite aux excès. L’argile est principalement composée de silice, ainsi que d’alumine. Elle agit à plusieurs niveaux :

  • en cas de diarrhée, elle absorbe l’eau superflue ;
  • en cas de ballonnements douloureux, elle résorbe les gaz ;
  • elle est antibiotique, car elle fixe les bactéries pathogènes ;
  • grâce à ses minéraux (magnésium, manganèse, potassium, calcium et fer), elle cicatrise et reminéralise le système digestif.

Diluez une cuillerée à café d’argile dans de l’eau et un peu de jus de citron. L’idéal est de la prendre le matin à jeun. Si les symptômes persistent, vous pouvez en reprendre deux autres fois dans la journée.

Dans tous les cas, vous devez la consommer bien avant le repas, afin de ne pas diminuer l’absorption des nutriments essentiels. Choisissez donc le milieu de matinée, le milieu d’après-midi et le soir avant de vous coucher.

Si votre problème est récurrent, vous pouvez effectuer une cure de 10 jours, avec une cuillerée d’argile chaque matin et une autre durant l’après-midi.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• L’automédication : Prenez garde !

 L’essor des médecines douces : homéopathie, acupuncture…

 Les thérapies non médicamenteuses, parade contre la maladie

Partagez sur :