Comment définir et diagnostiquer la sclérose en plaques ?

Comment définir et diagnostiquer la sclérose en plaques ?

En France, près de 80 000 personnes seraient atteintes par la sclérose en plaques. Bien que très fréquente, elle reste cependant une maladie encore peu connue et dont on ignore certains aspects.  Maladie qui se manifeste généralement entre l’âge de 20 et 40 ans, elle est bien plus répandue dans les pays du Nord et affecte d’avantage les femmes que les hommes. Oui, mais pourquoi ? Et quelles en sont les causes ? Les symptômes ? Voici nos explications !

Comment définir la slérose en plaques ?

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte essentiellement le système nerveux central et plus particulièrement la moelle épinière ou encore le cerveau. Cette maladie se manifeste par différents symptômes : vertiges, troubles de la vision, constipation, grande fatigue, engourdissements des membres, troubles urinaires, etc. Ces symptômes sont provoqués par la disparition de la myéline, une substance qui protège les fibres nerveuses et facilite la transmission des influx nerveux. 

L’évolution de la sclérose en plaques se caractérise par l’alternance des phases de poussées et des phases de rémissions. Avec le temps, les phases de poussées peuvent se faire de plus en plus fréquentes et engendrer des séquelles permanentes : baisse de la perception sensorielle, troubles de la mémoire ou de la parole, etc.

Il existe 3 formes distinctes de la maladie qui dépendent de son évolution dans le temps :

  • La forme rémittente : c’est la phase d’alternance entre les périodes de poussées et les périodes de rémissions. C’est généralement la première étape que connaissent les personnes atteintes de la sclérose en plaques.
  • La forme primaire progressive : elle se traduit pas une évolution lente mais constante de l’affection. Elle ne touche cependant qu’environ 10% des malades.
  • La forme secondairement progressive : c’est l’étape pour laquelle les phases de poussées sont plus fréquentes et plus longues que les phases de rémissions, qui peu à peu disparaissent.

Des causes encore mal définies…

La sclérose en plaques est une maladie sur laquelle planent encore de nombreux mystères. Malgré la détermination des chercheurs et spécialistes, ses causes restent encore méconnues. Elle n’est pas considérée comme étant une maladie génétique, néanmoins il semblerait que des facteurs de prédisposition génétique soient à prendre en compte. On suspecte par ailleurs que le développement de certains virus puisse accroître les chances d’être par la suite atteint(e) de sclérose en plaques. Cette hypothèse n’a cependant pas été prouvée et de nombreuses recherches sont toujours en cours pour déterminer le « comment du pourquoi » de cette affection.

Les statistiques révèlent que les personnes atteintes de la sclérose en plaques sont majoritairement des femmes vivant dans l’hémisphère nord. Concernant la spécificité féminine de l’affection, une étude menée par des neurologues a montré qu’il y avait bien une connexion entre la maladie et les hormones sexuelles. Quant à la répartition géographique de l’affection, la véritable raison n’a pas encore été déterminée mais il semblerait que le déficit en vitamine D, produite lorsque l’on s’expose au soleil puisse expliquer que les personnes qui résident dans les pays du Nord, donc moins exposéés aux rayons du soleil, soient d’avantage atteintes par la sclérose en plaques.

Comment diagnostiquer la Sclérose en plaques ?

Les symptômes de cette maladie étant pour la plupart assez communs, il n’est pas toujours simple de diagnostiquer rapidement un cas de sclérose en plaques. De plus, il n’existe pas encore de test précis permettant le diagnostic certain de cette affection.

Généralement, c’est en effectuant une IRM du cerveau et de la moelle épinière que l’on parvient à détecter l’apparition de la sclérose en plaques. Cet examen n’étant toutefois pas fiable à 100%, il est parfois complété d’une ponction lombaire.

La sclérose en plaques demeure une maladie dont on connait peu de choses, mais qui affecte un grand nombre de personnes. Si vous souhaitez contribuer au travail de recherche des spécialistes et chercheurs, il existe en France deux associations fédérées par l’UNISEP qui mène un combat quotidien contre cette maladie et à qui vous pouvez adresser vos dons :

  • L’AFSEP : l’Association Française des Sclérosés En Plaques
Partagez sur :