Alzheimer au quotidien : témoignage d’un aidant

Alzheimer au quotidien : témoignage d'un aidant

Aidés, aidants, comment vivre au quotidien avec la maladie d’Alzheimer ?

Isabelle Colleau, auteur du livre-témoignage « Vivre dans l’oubli », nous faire part de ses conseils en tant qu’aidant

1. Isabelle Colleau, quelles ont été les raisons qui vous ont poussée à écrire ce livre-témoignage « Vivre dans l’oubli », et qu’avez-vous décidé d’y aborder ?

C’est avec beaucoup d’amour que j’ai écrit ce livre. J’avais envie à travers cet ouvrage de parler à cœur ouvert de la maladie d’Alzheimer et de partager avec vous mon histoire personnelle avec cette maladie : la vie au quotidien auprès de ma grande mère atteinte de la maladie d’Alzheimer, que nous avons pris totalement en charge à domicile pendant plus de 10 ans, mais aussi mon parcours en maison de retraite et en cabinet en tant que thérapeute. Aujourd’hui la maladie d’Alzheimer fait peur car nous savons que personne n’est à l’abri. 

Dans mon livre je parle des facteurs de risque mais aussi du comportement que nous devons avoir face à un proche ou une personne souffrante de la maladie d’Alzheimer.

2. Pouvez-vous nous parler de la maladie d’Alzheimer ?

C’est une maladie neurodégénérative (perte progressive de neurones) qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la perte de la mémoire. La maladie d’Alzheimer touchait environ 26 millions de personnes dans le monde en 2005 et pourrait en toucher quatre fois plus en 2050, ce qui équivaudrait alors à 1 personne sur 85.

3. Comment la maladie d’Alzheimer se manifeste-t-elle dans la vie au quotidien d’une personne qui en est atteinte ?

C’est tout d’abord par la perte de la mémoire, mais aussi de repères, dans le temps et l’espace. On observe un changement de comportement et d’humeur, la personne peut être agressive comme très renfermée sur elle-même. Par ailleurs, l’évolution est différente d’une personne à une autre, l’évolution de la maladie peut être très rapide comme très lente.

4. Vous êtes aujourd’hui thérapeute et travaillez au quotidien aux côtés des malades d’Alzheimer, pouvez-vous nous dire à quel a été l’élément déclencheur qui vous a donné l’envie de vous orienter sur cette voie ?

Aider les personnes en souffrance est pour moi, depuis petite, un besoin. C’est la raison pour laquelle, je me suis tournée vers des études de psychologie puis, vers la médecine douce. Cependant, mon envie d’être au quotidien auprès de personnes malades, que se soit à domicile ou en maison de retraite, est, je pense une vocation.

J’essaie, du mieux possible, d’apporter un soulagement et un accompagnement moral mais aussi dans les gestes de la vie de tous les jours à ces personnes qui, aujourd’hui, ne sont plus maîtres d’elles-mêmes.

Perdre ses repères, ne plus reconnaître ceux que l’on aime, vivre comme dans une bulle, est très dur pour la personne mais aussi très dur à vivre pour l’entourage.

Pour moi cela a été et c’est toujours une grande histoire d’amour une belle expérience de vie !

Découvrez le livre "Vivre dans l'oubli" d'Isabelle Colleau

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

   Communiquer avec une personne souffrant d’Alzheimer

 •  L’aidant proche, acteur du maintien à domicile

 •  La maladie d’Alzheimer, comprendre pour mieux agir

 •  Les bienfaits de la musicothérapie en 5 points

Partagez sur :