Aidant familial : déléguer sans culpabiliser

aidant---se-menager-

Les aidants se comptent aujourd’hui par millions en France. Ils aident au quotidien des proches qui ont perdu tout ou partie de leur autonomie, à la suite d’une maladie ou d’un accident, ou à cause de leur âge.
Cet engagement est louable, mais attention aux retombées ! 

Le risque du burn out pour les non professionnels de la santé

Accompagner une personne dépendante demande des capacités morales et physiques d’ampleur. Si vous travaillez et que vous devez vous occuper d’une tierce personne, votre emploi du temps devient intenable et vous n’avez plus de temps pour votre vie personnelle. Si vous ne travaillez pas, mais consacrez tout votre temps à l’autre, vous vous enfermez dans un schéma étouffant.
Les conséquences peuvent être sévères, car la pression est forte.

On parle de syndrome de l’aidant qui est un burn out résultant d’un épuisement tant physique que psychologique. Les professionnels de santé sont formés à l’accompagnement. Même s’ils se soucient de leurs patients, ils n’ont pas la proximité et l’implication que vous avez avec une personne de votre famille. Il est difficile d’être aidant sans vivre la souffrance de l’autre, car vous manquez de recul.
Par ailleurs, vous délaissez votre famille et vos amis. Votre esprit ne connaît plus d’échappatoire, d’autant que vous êtes souvent tenaillé par la peur de perdre l’être cher, en plus de n’être jamais certain d’en faire assez.

Déléguer est aussi bénéfique pour l’aidant que pour la personne à accompagner

En déléguant l’aide au quotidien, vous retrouvez un espace de vie qui vous permet de vous rééquilibrer. Les aides à domicile, comme les établissements d’accueil, prennent votre relais et vous ne devez en aucun cas culpabiliser, même si la personne que vous accompagnez vous montre du ressentiment. Elle doit comprendre qu’il est aussi bénéfique pour vous que pour elle que vous puissiez avoir d’autres horizons pour passer certes moins de temps avec elle, mais des moments de meilleure qualité.

Prendre la décision de déléguer n’est ni un choix égoïste, ni un renoncement. Votre proche est aidé par un personnel professionnel et compétent, tandis que vous vous ressourcez.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• 5 conseils aux aidants familiaux 

 Le congés de proche aidant rémunéré ! 

Partagez sur :