Retraite : et si vous rachetiez des trimestres ?

Comment racheter des trimestres de retraite ?

Le rachat de trimestres de cotisation, appelé aussi « versement pour la retraite » ou encore « rachat Fillon », permet sous certaines conditions de racheter jusqu’à douze trimestres soit trois ans de cotisations pour sa retraite. En quoi cela consiste exactement ? Qui peut en bénéficier ? Comment procéder ? Le blog Maintien à domicile vous en dit plus ! 

Qu’est-ce que le rachat de trimestres de cotisation ?

Au moment du départ en retraite, un salarié ne peut bénéficier d’une pension à taux plein que s’il a cumulé un certain volume de trimestres de cotisation : cette durée d’assurance varie selon le régime de retraite de base (Sécurité sociale, MSA, RSI) et votre année de naissance.

Plus le salarié entre tard sur le marché de l’emploi, plus il a de risque de ne pas avoir atteint la durée d’assurance optimale. Il en est de même lorsque le salarié interrompt volontairement sa carrière pour une période indéterminée : au moment d’atteindre l’âge légal de départ en retraite, le volume de trimestres nécessaire et applicable à sa génération est alors insuffisant.

Vous êtes dans l’un ou l’autre de ces cas ? Sachez que trois options s’offrent à vous :

  • Continuer à travailler jusqu’à atteindre l’âge légal de retraite pour lequel vous bénéficierez du taux plein
  • Partir en retraite malgré vos trimestres incomplets, et dans ce cas, vos droits à la retraite seront réduits (minorés de 1,25% par trimestre manquant dans la limite de 25%)
  • Racheter tout ou partie des trimestres manquants

Qui est concerné par le rachat de trimestres de cotisation ?

Salariés du privé, salariés agricoles, fonctionnaires, indépendants, etc., tous les régimes de retraite de base sont concernés, sous certaines conditions. Pour entamer une demande de rachat de trimestres, il suffit d’avoir plus de 20 ans et moins de 67 ans.

Le rachat de trimestres de cotisation est possible au titre des années d’études supérieures, des années incomplètes de cotisations (validées pour moins de 4 trimestres), pour certaines périodes d’apprentissage ou des périodes d’activité en tant qu’assistant(e) maternel(le), ou en tant qu’enfant d’anciens harkis.

Plus d’informations sur le rachat de trimestres de cotisation dans le secteur privé, en cliquant ici.
Plus d’informations sur le rachat de trimestres de cotisation dans la fonction publique, en cliquant ici.

Comment procéder ?

Vous êtes dans au moins un des cas cités précédemment ? Commencez par demander une évaluation de votre situation : pour cela, il suffit d’adresser à votre caisse de retraite un formulaire de demande d’évaluation. Votre caisse de retraite évalue la recevabilité de votre demande de rachat de trimestres et estime le coût de cette démarche en fonction de votre âge et de votre parcours professionnel. La décision finale est irrévocable, il vous appartient alors de valider ou non votre demande.

Vous pouvez également prendre rendez-vous auprès d’un conseiller de votre caisse de retraite afin de réaliser des simulations. Celui-ci examinera différents scénarii et calculera le montant de votre pension selon l’âge auquel vous souhaiteriez partir en retraite.

Il existe deux options de rachat de trimestres, l’une consistant à améliorer le taux de pension, tandis que l’autre permet d’impacter à la fois le taux de pension et le nombre de trimestres cotisés. Pour en savoir plus sur le calcul du prix de rachat, les aides disponibles ou sur les conditions de versement, contactez votre caisse de retraite.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 Conseils pour préparer financièrement sa retraite

 Pourquoi continuer à travailler après la retraite ?

Partagez sur :