La réforme des retraites : les 10 points essentiels !

La réforme des retraites : les 10 points essentiels !

Qui dit nouvelle année, dit changements, et 2014 ne sera pas une exception. La fin d’année 2013 aura notamment été marquée par la mise en place de la réforme des retraites, dont le projet de loi a été voté par l’Assemblée Nationale le 18 décembre dernier. Jeunes, actifs, retraités, indépendants, personnes en situation de handicap, tous seront touchés par cette réforme des retraites. Pour y voir plus clair, nous vous proposons de découvrir les 10 points essentiels de cette réforme : 

1. La hausse des cotisations et l’allongement de la durée de travail

Salariés comme employeurs seront affectés par une hausse de 3 points des cotisations d’assurance vieillesse. La hausse progressive de ces cotisations devra être étalée sur 4 ans (de 2014 jusqu’à 2017) : 0,15 point en 2014 puis 0,05 point pour les 3 années suivantes. Parallèlement, il faudra travailler plus longtemps pour pouvoir obtenir une retraite à taux plein. En effet, l’âge légal de départ à la retraite reste 62 ans mais, la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein sera désormais de 41,5 ans pour les personnes nées en 1955, 1956 et 1957. Cette durée augmentera d’un trimestre tous les trois ans pour les générations nées à partir de 1958. Ainsi, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein passera de 166 à 172 trimestres entre 2020 et 2035.

Connaître le nombre de trimestres requis selon votre année de naissance :

tableau retraite

2. La meilleure reconnaissance des périodes d’apprentissage et de stage

Avec la réforme des retraite, à partir de 2014, tous les trimestres d’apprentissage et de formation professionnelle pourront être validés. Parallèlement, les étudiants pourront désormais validés jusqu’à 2 trimestres pour un stage obligatoire de 6 mois.

En effet, bien que les entreprises aient l’obligation de verser une « gratification » d’un montant minimum de 436,05 euros par mois pour les stages de deux mois et plus, en deçà de son montant, ni l’employeur, ni le stagiaire ne paient de cotisations sociales. Désormais, les étudiants devraient pouvoir verser 12,50 euros par mois pendant 2 ans (ou 25 euros par mois pendant un an) afin de valider deux trimestres de cotisation au titre de leurs périodes de stage supérieures à 2 mois et obligatoires dans leur cursus. Cette mesure inédite, en vigueur au 1er janvier 2014, ne sera a priori pas rétroactive.

Une aide pourra également être octroyée aux jeunes diplômés pour racheter jusqu’à 4 trimestres d’études. Ceci ne pourra être effectué que dans les 10 ans suivants la fin des études.

3. Le congé maternité : mieux comptabilisé

Auparavant, seulement un trimestre de cotisation vieillesse était validé pour le congé maternité et ce, quelque soit sa durée. Avec la réforme des retraites, pour chaque période de 90 jours de congé maternité, un trimestre pourra être validé.

4. La prise en compte du degré de pénibilité de certains métiers

Un « compte pénibilité » va être mis en place afin de permettre aux personnes ayant occupées des emplois dits « pénibles » de cumuler des points. Ils pourront par la suite, à l’aide de ces points, racheter des trimestres de cotisation ou accéder à des formations professionnelles leur permettant d’exercer un emploi moins pénible. Cette mesure de la nouvelle réforme des retraites sera financée par les entreprises et entrera en vigueur en 2015.

5. Des mesures visant à aider les temps partiels et les personnes à faibles revenus

Il faudra désormais l’équivalent de 150 heures de SMIC pour valider un trimestre de cotisation, soit 50 heures de moins qu’auparavant. Cette mesure vise avant tout à favoriser les salariés à temps partiel ou ayant de faibles revenus.

6. La majoration des retraites agricoles

Les anciens agriculteurs verront leurs retraites majorées dès 2014. Celles-ci devraient atteindre 75% du SMIC d’ici à 2017.

7. L’accès à la retraite anticipée pour les personnes handicapées et des aménagements pour les aidants familiaux

Grâce à la réforme des retraites, les personnes handicapées justifiant d’une certaine durée d’assurance validée et cotisée, et d’une incapacité permanente d’au moins 50 % (contre 80% auparavant), pourront prétendre à une retraite anticipée dès 55 ans. Cependant, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ne sera plus prise en compte à partir du 1er janvier 2016. Parallèlement, les personnes en situation de handicap justifiant d’une incapacité permanente d’au moins 50% mais ne remplissant pas toutes les conditions pour bénéficier d’une retraite anticipée pourront accéder à leur retraite à taux plein dès l’âge de 62 ans et ce, quel que soit le nombre de trimestres validés. Elles pourront également demander à bénéficier de l’Aide de solidarité aux personnes âgées (ASPA) en cas de pension modeste dès 62 ans (contre 65 auparavant). Concernant les aidants familiaux, ceux-ci auront droit dès février 2014 à une assurance vieillesse gratuite, sans condition de ressources, s’ils doivent s’arrêter de travailler, ainsi que des trimestres de majoration. En effet, les personnes assumant la charge à domicile d’un parent lourdement handicapé se verront attribuer un trimestre supplémentaire par période de 30 mois de prise en charge (dans la limite de 8 trimestres supplémentaires octroyés). Cette loi ne sera cependant pas rétroactive.

8. La revalorisation des pensions de retraite retardée

Cette revalorisation qui avait lieu chaque année au 1er avril est désormais repoussée au 1er octobre. Toutefois, pour compenser cette baisse du pouvoir d’achat, les personnes de plus de 60 ans verront leur aide à l’acquisition d’une complémentaire revalorisée.

9. La hausse des impôts pour les retraités avec plus de 3 enfants

Les retraités ayant élevés plus de 3 enfants bénéficient d’une majoration de 10% de leur pension. Si celle-ci était auparavant exonérée elle sera désormais soumise à l’impôt sur le revenu.

10. Le rééchelonnement des versements des retraites complémentaires

L’Agirc et l’Arrco ont annoncé qu’à présent, au lieu d’être versée trimestriellement, les retraites complémentaires seront versées mensuellement à chaque bénéficiaire. Ainsi, dès ce mois de janvier, les assurés ont perçus l’équivalent d’un mois de complémentaire. Pour calculer votre âge de départ à la retraite : rendez-vous ICI !

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 Comment bien choisir sa maison de retraite ?

 Mes droits en maison de retraite

 Perte d’autonomie : quelles solutions d’hébergement ?

Partagez sur :