Pourquoi les personnes âgées se lèvent-elles plus tôt ?

Sommeil sénior

Le sommeil nous est indispensable. Pendant que nous nous reposons, l’organisme se régénère et recharge les batteries. Cependant, on note que plus on avance dans la vie, moins le besoin de sommeil est important et plus les personnes se lèvent tôt.
Ce phénomène n’est pas (seulement) dû à l’habitude de se lever tôt pendant des années de vie active.

Voici pourquoi les mécanismes du sommeil se grippent avec l’âge et comment mettre à profit ce gain de temps !

Pourquoi les personnes âgées dorment-elles moins ?

La courbe du sommeil évolue avec l’âge. Un nourrisson a besoin de 16 heures de sommeil. En grandissant, la durée diminue jusqu’à se stabiliser vers 7 heures de sommeil en moyenne pour un adulte. Après avoir passé la soixantaine, la décrue du nombre d’heures de sommeil reprend.

Le sommeil diminue alors en quantité, mais aussi souvent en qualité. Les mécanismes du sommeil se relâchent.

La régulation homéostatique

La régulation homéostatique est un processus enclenché par l’organisme qui lui permet de maintenir un état interne stable, malgré des perturbations extérieures. Cela concerne le fonctionnement du corps en général et les mécanismes du sommeil ne font pas exception.

La régulation homéostatique tient compte de la quantité de sommeil de la veille et augmente la pression de sommeil en cas de carence. Avec l’âge, cette pression diminue et la régulation n’est plus optimale.

Avant soixante ans, le sommeil suit plusieurs phases : somnolence, sommeil lent léger, sommeil lent profond et sommeil paradoxal propice aux rêves. Lorsque la régulation homéostatique connaît des défaillances, c’est le sommeil lent profond qui est affecté, ce qui induit un sommeil entrecoupé de plusieurs éveils tout au long de la nuit. C’est la raison pour laquelle les personnes âgées ont souvent la sensation d’avoir mal dormi.

L’horloge biologique évolue avec l’âge

La seconde raison de la diminution du sommeil est à imputer à l’horloge biologique. Bien qu’elle continue à fonctionner selon un cycle circadien – tenant compte de l’alternance entre le jour et la nuit – elle se décale au fil du temps. Les plus jeunes se couchent et se lèvent tard, alors que les plus vieux se couchent et se lèvent tôt.
Par ailleurs, le différentiel entre éveil et sommeil est moins marqué chez les plus âgés. Les périodes de somnolence au cours de la journée augmentent.

Comment gérer le dérèglement des rythmes du sommeil

Il faut commencer par voir le bon côté des choses, car se lever tôt offre des avantages. Vous disposez de plus de temps pour vaquer à vos occupations. Se lever tôt permet de profiter de la lumière matinale et de se rapprocher du rythme naturel de sommeil.

Les personnes qui se réveillent « trop » tôt ont tendance à stresser en pensant qu’elles vont être fatiguées au cours de la journée. Cependant, si vous n’arrivez pas à dormir le matin, plutôt que de vous retourner dans votre lit, il vaut mieux vous lever et encourager votre corps à s’activer. La lumière du matin envoie à l’organisme des signaux qui le stimulent et vous allez profiter pleinement de votre matinée.

Après le déjeuner, si vous sentez un coup de fatigue, n’hésitez pas à faire une sieste. Elle permet de reprendre des forces. Il est conseillé de mettre un réveil pour que la sieste ne dépasse pas 15 à 20 minutes. Au-delà, vous allez sombrer dans un sommeil profond dont il est difficile de sortir et vous dormirez moins bien la nuit suivante.

Après la sieste, vous repartez avec le plein n’énergie. Il faut ensuite donner de bons signaux à votre horloge biologique. Si vous en avez l’occasion, sortez et bougez durant l’après-midi, afin de profiter de la lumière de jour et vous dépenser physiquement.
Le soir venu, réduisez la lumière et le sommeil viendra naturellement.

 


Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Senior et sommeil : comment mieux dormir ? 

 Seniors : Comment bien choisir vote matelas ? 

 

Partagez sur :