Maintenir le lien social face à la perte d’autonomie

Maintenir le lien social face à la perte d’autonomie

logo_domisielLa perte d’autonomie est progressive. Tout d’abord, c’est la perte plus ou moins rapide d’une ou plusieurs fonctions motrices qui intervient : la capacité à se déplacer, se vêtir, se nourrir, en somme la capacité à assurer les besoins quotidiens. Le maintien du lien social dans un contexte de perte d’autonomie devient alors un défi de premier ordre. 

Jean-Yves Cusset définit le lien social comme «l’ensemble des relations que l’on entretient avec sa famille, ses amis, ses voisins (…) jusqu’aux mécanismes collectifs de solidarité, en passant par les normes, les règles, les valeurs (…) qui nous dotent d’un minimum de sens d’appartenance collective*”. On constate alors que le lien social existe dans toutes les relations qui nous entourent avec notre conjoint, nos pairs, nos enfants, sans oublier les aidants professionnels. Ces rencontres sont autant d’occasions d’échanger, connaître et s’informer sur la vie de la ville, du quartier,… Elles nous permettent de rester Citoyen et de continuer à participer à la vie de la Cité.

C’est lorsque cette participation est remise en cause que le besoin de maintien du lien social se fait sentir comme prioritaire. Il est alors nécessaire de favoriser le maintien de l’autonomie afin de multiplier les occasions de rencontres et d’échanges. Malheureusement, avec l’avancée en âge, le cercle relationnel tend à se réduire aux relations familiales. Des activités de loisirs (lecture, activités physiques, dessin, photos,…) favorisent alors les rencontres et donnent des occasions de multiplier les liens sociaux avec ses pairs.

La valorisation de l’aidé (personne souffrant de la perte d’autonomie) est un préalable qui favorise et facilite ces rencontres. En effet, pour aller à la rencontre de l’autre, il faut avoir confiance en soi. Conserver cette confiance demande une attention tout particulière quand la perte d’autonomie se fait jour. Multiplier les opportunités de créer des liens sociaux sans associer l’aidé n’apportera pas ou peu de résultats. L’aidé doit être acteur et doit participer au développement de ses liens sociaux qui passeront en fonction de ses capacités par de la communication verbale ou non.

L’utilisation d’internet peut également être un outil pour favoriser le maintien du lien social et même démultiplier ses liens sociaux par l’utilisation par exemple de réseaux sociaux, la lecture de blog, la participation à des tchats sur les sujets qui nous passionnent.

*Jean Yves Cusset- Le Lien Social- Armand Collin p5.

 

Article rédigé par Domisiel 

- – - – - – - - - – - – - – - - - – - – - – - - - – - – - – -

Domisiel est une association faisant partie du Groupe Associatif Siel Bleu. Créé en 1997, ce dernier utilise l’Activité Physique Adaptée avec pour objectifs la prévention santé et le bien‐être des individus. L’association œuvre pour favoriser un maintien à domicile réussi et permettre à tous ceux qui le souhaitent de rester dans leur domicile le plus longtemps possible dans les meilleures conditions possibles.

Aujourd’hui, Domisiel a une présence nationale et compte 270 intervenants issus de la formation universitaire Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS – Fac des Sports) qui accompagnent 70 000 bénéficiaires. L’un des grands principes régissant les activités du Groupe Associatif est l’accessibilité financière de tous aux activités.

Pour plus d’informations : www.domisiel.org

Partagez sur :