COVID-19 : protéger ses proches fragiles pour les fêtes

personne-agee-Noel-COVID

Les fêtes de fin d’année approchent et il est temps de s’organiser pour « réinventer Noël ». Chaque famille doit veiller à éviter de participer à la propagation de l’épidémie, mais les traditionnelles festivités en famille sont essentielles pour beaucoup de personnes, notamment les plus fragiles, qui sont déjà particulièrement touchées par l’isolement et la solitude le reste de l’année.

Voici nos conseils pour célébrer Noël en toute sécurité !

Fêter Noël reste l’occasion de réunir la famille

Les fêtes de Noël constituent traditionnellement le jour de l’année où toutes les générations sont réunies. Les grands-parents, parfois même les arrière-grands-parents, les enfants et les petits-enfants qui n’ont pas toujours l’opportunité de se voir au cours de l’année, organisent leur emploi du temps pour se réunir autour d’un repas de fête.

Cette année, la conjoncture est bien sûr un peu particulière à cause de la COVID-19. Les autorités sanitaires ont émis des recommandations pour limiter les rencontres lors des fêtes.  Les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques (notamment respiratoires) sont les plus fragiles face au coronavirus, mais les conséquences psychologiques de la solitude peuvent s’avérer catastrophiques.

Lors du premier confinement, l’isolement des personnes âgées a causé des ravages dans les maisons de retraites. Il convient donc de prendre des précautions pour profiter en toute quiétude des réunions familiales.

Quelles sont les précautions à prendre contre le virus ?

Limitez les contacts la semaine précédant Noël

Sans s’isoler totalement, il est préférable de restreindre les réunions et les contacts la semaine qui précède Noël. Le délai d’incubation (période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) du virus est de 3 à 5 jours en général, mais peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Prendre vos précautions les jours qui précèdent les fêtes limite vos risques de l’attraper et de le transmettre ensuite, sans même en être conscient.

Les enfants peuvent être porteurs du virus, même si l’épidémie les touche moins. Ils ont davantage de mal à réfréner naturellement les contacts avec les autres enfants, surtout lorsqu’ils jouent. C’est pourquoi il est souhaitable de limiter les rencontres la semaine avant Noël.

De votre côté, évitez d’aller acheter vos cadeaux à la dernière minute et de vous rendre dans des magasins bondés.

Privilégiez les rassemblements en petit comité

La taille de la réunion recommandée par les autorités sanitaires est d’un maximum de 6 personnes, sans compter les enfants. Cependant, il importe de demander aux plus âgés quelle est leur volonté. Les personnes qui ont peur pour leur système immunitaire peuvent vouloir rester en tout petit comité. D’autres préféreront s’entourer d’un plus grand nombre.

Il est important de respecter leur volonté pour préserver leur moral, sans leur faire prendre de risque.

Organisez votre repas en fonction de votre espace

Les grandes tablées ne sont guère recommandées. Organiser un buffet n’est pas non plus idéal, car le brassage y est supérieur. Vous devez organiser votre espace en fonction de la configuration des lieux.

• Pensez à faire une table à part pour les enfants par exemple.
• Limitez les contacts lors du service : les plus jeunes qui vont se lever pour aller chercher les plats et débarrasser doivent être assis du côté de la cuisine.
• Évitez les grands plats avec des couverts que les convives se passent, mais préparez plutôt des assiettes individuelles en cuisine, etc.

Les activités extérieures

Après le déjeuner, si le temps s’y prête, les enfants peuvent sortir pour jouer, ce qui laisse plus de place à l’intérieur. Le soir, ils peuvent aller jouer dans les chambres.

N’oubliez pas les gestes barrières

Dans tous les cas, vous ne devez pas oublier les gestes barrières. Une fois le repas terminé, il peut être judicieux de remettre le masque. Quant aux contacts physiques, il vaut mieux les restreindre.

Si cette année, les fêtes de fin d’année devront être adaptées pour limiter les risques de contamination pour les personnes les plus à risque, n’oublions pas que la magie d’un Noël passé en famille réchauffe les cœurs et limite les conséquences psychologiques de l’isolement.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

Comment organiser une fête inclusive ?

 Idées cadeaux de Noël pour toute la famille

Partagez sur :