L’emploi des personnes handicapées, où en est-on ?

L’emploi des personnes handicapées, où en est-on ?

La semaine pour l’emploi des personnes handicapées qui a lieu cette année du 12 au 18 novembre est l’occasion de soulever les questions qui se posent encore et de sensibiliser l’opinion publique concernant l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

A l’heure actuelle, plus de 340 000 personnes en situation de handicap sont inscrites en tant que demandeur d’emploi soit, proportionnellement, 2 fois plus que les personnes valides. De plus, les travailleurs handicapés sont les premiers à pâtir de la crise et de l’augmentation du chômage qui l’accompagne : on constate chez eux une hausse du chômage de 13,9% contre 5,3% chez les personnes valides en un an ! Ainsi, cette semaine vise à sensibiliser le grand public, les entreprises et les pouvoirs publics au handicap et à la place des personnes en situation de handicap dans l’univers professionnel.

Le manque de formation : un obstacle à l’emploi des personnes handicapées

En effet, alors que les discriminations reculent, le manque de qualification pénalise une grande partie des candidats à l’heure où les emplois non qualifiés sont les premières victimes de la crise. Un chiffre à la source du problème : seulement 11 000 étudiants handicapés poursuivent leurs études dans l’enseignement supérieur. Les solutions pour pallier à cette sous-représentation des étudiants en situation de handicap seront à la fois, d’améliorer les conditions d’accueil et de les soutenir jusqu’à la fin de leur cursus, selon Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion.

Construire un monde meilleur ne se fera pas sans la jeunesse…

L’insertion des jeunes dans l’emploi est mise à l’honneur pour cette édition 2012 de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées. Ainsi, les représentants de l’Adapt rappellent que le problème de la formation doit être réglé afin d’envisager une évolution positive concernant l’insertion des jeunes. Ils soulignent donc leur souhait de passer à la vitesse supérieure concernant la scolarisation des enfants, l’accès aux études supérieures et l’ouverture à des choix de professions plus larges.

L’alternance, une porte d’entrée dans l’entreprise, une démarche gagnante-gagnante… qui ne concerne pas que les jeunes !

Il existe différentes mesures favorisant la formation des personnes en situation de handicap, parmi celles-ci, le contrat de professionnalisation arrive en tête de ligne. En effet, comme le montre une étude réalisée par l’Agefiph en avril 2012, le nombre d’entreprises accueillant des CPROTH (contrat de professionnalisation des personnes handicapées) est en nette augmentation avec + 65% de 2009 à 2010.

Cependant, ces types de contrats ne touchent pas que les jeunes mais surtout un public d’adulte puisque la moyenne d’âge des employés handicapés en contrat de professionnalisation est de 37 ans et que près d’un tiers sont âgés de 45 ans et plus.

Privilégiée par les candidats dans le cas d’une reconversion professionnelle par exemple, l’alternance comporte aussi de sérieux avantages pour l’employeur. En plus de permettre à l’entreprise de remplir ses obligations légales (quota de 6% minimum de personnel handicapé à partir de l’effectif de 20 salariés), celle-ci perçoit un forfait de 2 000€ par année de formation et 1 000€ par semestre supplémentaire tout en développant chez l’alternant des compétences spécifiquement adaptées à ses besoins. Un système de formation qui a donc un bel avenir devant lui.

Source : Magazine 20 Minutes du 12 novembre 2012

Partagez sur :