Interview de Laurianne Jesson, ergothérapeute

Interview de Laurianne Jesson, ergothérapeute

Interview de Lauriane Jesson, ergothérapeute

Bien que peu connu du grand public, l’ergothérapeute est un véritable acteur du maintien à domicile. Nous sommes allés à la rencontre de Lauriane Jesson, ergothérapeute à Strasbourg.

1. Pour commencer, même si l’ergothérapie tend à se développer, elle reste relativement peu connue du grand public. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est votre métier ?


Le domaine de l’ergothérapeute est très large et se structure autour de trois axes : l’évaluation, la rééducation et la réadaptation :

• Lors de l’évaluation, l’ergothérapeute va effectuer une analyse de l’environnement de la personne afin d’améliorer son lieu de vie en travaillant sur son confort et sa sécurité

• Pour la rééducation, nous travaillons avec le bénéficiaire afin de l’aider à recouvrir ses capacités après une hospitalisation qu’il a subit par exemple

• La réadaptation est effectuée lorsqu’aucun progrès n’est possible à travers la rééducation, elle tend à compenser les difficultés liées à un ou plusieurs handicaps en trouvant des alternatives aux impossibilités auxquelles est confronté le patient

C’est un métier en pleine expansion compte tenu des nouvelles attentes de la population en termes de confort et de bien-être. Les gens vivent mieux, plus longtemps et l’ergothérapeute travaille lui aussi à la réalisation de ces objectifs. D’ailleurs la France est passée de 8 à 15 écoles d’ergothérapie, en moins de 10 ans.

2. Quel est votre public, à qui s’adressent vos prestations ?

Le public d’un ergothérapeute est très vaste compte tenu de la diversité des missions qui lui sont confiées.

Nous travaillons notamment avec des enfants hémiplégiques, des traumatisés crâniens, des enfants autistes, des personnes en situation de handicap moteur… Il faut savoir que toute personne en situation de handicap, qu’il soit physique ou mental et qui doit faire face à des difficultés dans son environnement de vie quotidien et son milieu professionnel, peut faire appel aux services d’un ergothérapeute.

3. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs, en quoi les ergothérapeutes favorisent-ils le maintien à domicile ?

Nous axons notre travail sur 3 environnements qui sont : les aptitudes de la personne, l’environnement humain et l’environnement architectural.

Lorsque nous intervenons auprès des personnes, nous avons pour objectif le maintien à domicile le mieux et le plus longtemps possible. Dans cette optique, nous commençons par une analyse des aptitudes de la personne.

Notre travail sur l’environnement humain se caractérise par l’analyse de l’entourage (auxiliaire de vie, aides médicaux-psychologique, proches…). Nous vérifions si cet accompagnement humain est adapté, suffisant et s’il répond convenablement aux besoins du patient.

Enfin, nous agissons sur l’environnement architectural à travers le réaménagement du domicile de la personne. Cela joue un rôle important dans le bien-être de la personne. Nous allons adapter tant que possible son lieu de vie afin qu’elle y vive sereinement et y rencontre le moins de difficultés possible. En effet, grâce aux notions d’architecture dont nous disposons nous pouvons emmètre des recommandations afin d’aménager le domicile en fonction des aptitudes de la personne.

4. Comment se mesure l’efficacité du travail d’un ergothérapeute ?

Les résultats sont difficilement quantifiables, mais l’efficacité de notre travail peut se mesure à travers la satisfaction du patient. Aussi, le succès de nos missions se manifeste par l’amélioration de la qualité de vie de la personne grâce à un environnement qui lui correspond et dans lequel elle parvient à être indépendante.

5. Quels conseils donnez-vous aux personnes en situation de handicap souhaitant faire appel à un ergothérapeute ?

Ce qui est important pour eux, c’est de savoir cibler leur demande. Etant donné que notre domaine est très vaste, plus le patient sera précis dans sa requête et plus le travail de l’ergothérapeute sera efficace. C’est ainsi que l’ergothérapeute pourra mettre en place les solutions les plus adéquates (soins, adaptation de l’habitat…).

En outre, je conseille vivement aux personnes qui sortent d’hospitalisation et qui rencontrent des difficultés telles que des « troubles invisibles », de faire appel à un ergothérapeute. Les troubles invisibles sont les séquelles d’une intervention ne nécessitant pas la prolongation de l’hospitalisation, mais rendant difficile le maintien à domicile. En effet, l’hospitalisation peut engendrer des complications non prises en charge par la structure médicale. Dans ce cas l’ergothérapeute va les aider à trouver des solutions pratiques qui amélioreront leur quotidien.

6. Vos prestations entrent-elles dans le parcours de soins de la sécurité sociale ?

Lorsque nous agissons en dehors d’une structure médicale, nos prestations ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Certaines aides sont proposées, mais elles restent marginales.

7. Quel est le prix moyen d’une séance d’ergothérapie ?

Etant donné que les ergothérapeutes ne sont pas conventionnés le prix est libre, il varie donc selon l’ergothérapeute et selon le type d’intervention. Pour vous donner une idée, ce prix fluctue entre 40 et 70 euros de l’heure selon les critères que je vous ai précédemment défini, mais les prix sont très variables.

8. Quelles sont les principales difficultés auxquelles doit faire face une ergothérapeute ?

Nous devons faire face à différents problèmes, notamment ceux liés à la méconnaissance du métier. En effet, ne connaissant pas réellement la mission d’un ergothérapeute, certaines personnes nous formulent des demandes inadaptées et parfois fantaisistes pour lesquelles un ergothérapeute ne peut apporter de solutions. Comme par exemple lorsqu’un parent nous consulte pour les difficultés de concentration à l’école de son enfant, c’est l’exemple type d’une situation pour laquelle on ne peut pas intervenir.

Aussi l’ergothérapeute agit sur la vie du patient, il entre dans l’intimité de celui-ci, ce qui peut déplaire aux proches et créer des désaccords entre le professionnel et la famille du patient. C’est compréhensible, car dans certaines situations, nous bouleversons les rôles familiaux en réaménageant le domicile, en modifiant parfois le fonctionnement de la famille. Par conséquent, l’étape la plus sensible est, sans doute, l’accompagnement au changement qui peut être plus ou moins difficile selon les cas. Cependant, généralement, lorsqu’une famille fait appel à un ergothérapeute, ses membres comprennent notre mission et sont donc plus facilement enclin au changement.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

Gare aux chutes : nos conseils pour les éviter

Partagez sur :