Interview de M. Jochum, ambassadeur travailleur handicapé

Interview de M. Jochum, ambassadeur travailleur handicapé

Interview de Monsieur Jochum, ambassadeur travailleur handicapé

Les ambassadeurs travailleurs handicapés (TH), qui sont également des travailleurs en situation de handicap, agissent comme facilitateurs pour l’emploi auprès des personnes handicapées. Ils se déplacent au sein des entreprises pour tenir des permanences. Laurent Jochum est l’un d’entre eux. Souhaitant en apprendre davantage sur cette démarche novatrice, nous l’avons rencontré après sa permanence hebdomadaire au siège de la Caisse d’Epargne d’Alsace. 

1. Monsieur Jochum, vous faites partie des vingt premières personnes à avoir été recrutées pour devenir ambassadeur TH. Pouvez-vous m’expliquer quelles ont été les raisons de votre choix de devenir ambassadeur ?

J’ai travaillé dans les métiers du bâtiment avant de m’orienter vers la formation professionnelle. Je pensais déjà à me spécialiser dans le domaine du handicap quand j’ai pris connaissance de la structure Made in TH. J’ai alors saisi l’opportunité de devenir ambassadeur TH car cela correspondait à mes aspirations professionnelles.

2. Auriez-vous aimé avoir la possibilité de consulter un ambassadeur TH lors de vos précédents métiers?

Oui tout à fait notamment lorsque ma problématique est intervenue. Mes collègues formateurs, qui avaient la même pathologie que moi, m’avaient conseillé de me faire reconnaître en tant que travailleur handicapé. Finalement, ce sont eux qui ont joué le rôle d’ambassadeur TH avant que le poste ne soit créé.

3. Quelles sont les difficultés que rencontrent un travailleur en situation de handicap sur le lieu de travail ?

Il s’agit, tout d’abord, de difficultés dans les contacts avec les collègues. Des salariés ne comprennent pas qu’un travailleur handicapé puisse avoir son poste de travail aménagé.  Il y a aussi beaucoup de tabous autour du handicap. Au quotidiens, personne n’aime évoquer ses faiblesses et c’est d’ailleurs pour cela que des travailleurs handicapés cherchent à dissimuler leur pathologie. Ils préfèrent cacher leur faiblesse par peur de faire partie des prochains licenciés. En réalité, licencier une personne handicapée est contraire aux intérêts de l’entreprise [ 1 ] puisque le licenciement d’une personne valide augmente la proportion de personnes handicapées par un simple effet mécanique.

4.  En quoi consiste, en pratique, votre profession ? Quelles sont vos missions ?

  • Conseiller.
  • Rassurer face aux appréhensions et aux peurs, parfois, injustifiées.
  • Faire remonter les problèmes au moment des bilans trimestriels pour que le service des ressources humaines et le référent handicap puissent réagir.
  • Mettre en lumière des points perfectibles par l’entreprise et rappeler aux différents chefs de services certaines directives mises en place par la Direction qui ne sont pas forcément appliquées.

5. Quelles sont les interrogations et les craintes les plus fréquentes des salariés qui viennent vous consulter ?

  • L’aménagement du poste de travail est une question qui revient fréquemment
  • Comment permettre de se préserver, d’éviter les gestes ou les tâches qui seraient contre-indiqués par la pathologie ?
  • Les personnes qui viennent me consulter ne sont pas uniquement des personnes en situation de handicap. Des salariés viennent parfois dans le but d’avoir des conseils pour un enfant, un conjoint, un proche ou un collègue.

6. Avez-vous déjà permis à un salarié de sortir de l’ombre en déposant un dossier de demande de reconnaissance de son handicap ?

Oui, une démarche est en cours afin de faire sortir un salarié de l’ombre. Néanmoins, nous travaillons en toute confidentialité et ne pouvons donc pas vérifier le statut de travailleur handicapé d’un salarié qui prétend être reconnu en tant que tel au sein de l’entreprise.

7. Que vous apporte personnellement et professionnellement ce nouvel emploi ?

C’est un métier assez diversifié et enrichissant puisque il est novateur et j’aime échanger avec différentes personnes. Ce métier me permet aussi de relativiser au sujet de mon handicap et de mon parcours.

8. Quel est l’aspect de votre métier qui vous plait le plus ?

L’échange et la possibilité de pouvoir observer la façon dont les différentes entreprises traitent la question du handicap. En effet, nous faisons également de la prospection dans les agences pour développer nos services.

L’ambassadeur TH permet aux travailleurs handicapés de s’insérer dans le monde du travail parce que, malgré l’obligation des 6 % existante, le simple fait d’être reconnu handicapé ne représente pas une possibilité d’insertion supplémentaire. La situation des demandeurs d’emploi en situation de handicap reste particulièrement difficile. En effet, ceux-ci cumulent les handicaps : à la fois demandeurs d’emploi, handicapés, ayant parfois des difficultés liées à l’âge et souvent un faible niveau d’études. Il y a également encore beaucoup de choses à mettre en place pour permettre l’accès aux études des personnes en situation de handicap malgré le CRM et l’accès à un tiers temps à la faculté. [ 2 ]

[ 1 ] L’article L. 323-1 de la loi du 10 juillet 1987 en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés indique que  » tout employeur occupant au moins 20 salariés est tenu d’employer , à temps plein ou à temps partiel, des bénéficiaires [ d'un des titres ouvrant droit au statut de personne handicapée] dans la proportion de 6 % de l’effectif total de ses salariés « . Vous pouvez consulter la liste des titres ouvrant droit au statut de personne handicapée, en cliquant sur ce lien. Les organisations ne respectant pas le quota fixé par la loi, doivent verser une contribution à l’Agegiph.

[ 2 ] Des démarches favorisant l’accès aux études supérieures des étudiants en situation de handicap ont été mises en place par le Centre de réadaptation de Mulhouse (CRM) et par les facultés. Le CRM accompagne les personnes en situation de handicap dans leurs projets de vie professionnelle et les facultés aménagent les emplois du temps des étudiants handicapés en fonction de leur handicap.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 L’emploi des personnes handicapées, où en est-on ? 

Partagez sur :