Handicap et vie sociale : quels rôles pour les aidants ?

Handicap et vie sociale : quels rôles pour les aidants ?

L’importance d’une vie sociale dans l’équilibre d’une personne n’est plus à démontrer. Néanmoins, il reste parfois difficile pour une personne en situation de handicap de s’épanouir socialement. Les proches et les aidants, qu’ils soient familiaux ou professionnels, peuvent jouer un rôle clé dans la vie sociale de l’aidé. Voici comment en 7 points. 

1. Être à l’écoute des centres d’intérêt de la personne aidée

Les activités de loisirs et les sorties culturelles doivent correspondre aux centres d’intérêt de la personne en situation de handicap et ne doivent jamais représenter une contrainte.

2. Être force de proposition

Si la personne en situation de handicap n’a pas d’idées, faites des propositions : tennis de table, théâtre, échecs, musées… Vous pouvez également essayer de susciter son intérêt en lui proposant d’aller assister à un match de tennis de table, par exemple, ou en lui proposant de regarder des reportages ou des compétitions à la télé.

3. Se renseigner en échappant aux idées reçues

L’aidé est non-voyant et souhaiterait faire du vélo ? Vous pouvez essayer le tandem. L’aidé souffre d’une déficience intellectuelle et est attiré par le théâtre ? Vous pouvez l’inscrire dans une troupe de théâtre car tous les rôles ne nécessitent pas de connaître un long texte par cœur. Ce sont des exemples parmi tant d’autres, vous pouvez obtenir les renseignements quant aux différentes activités auprès de la Mairie. Vous vous apercevrez en vous renseignant que des solutions existent et que le handicap n’est pas forcément un frein lorsqu’on souhaite pratiquer une activité.

4. S’assurer de l’accessibilité du lieu

Malgré l’obligation d’accessibilité aux établissements recevant du public et aux infrastructures de transport fixée par la loi du 11 février 2005, l’accessibilité est encore loin d’être une généralité. Lorsque vous prévoyez une activité ponctuelle ou une inscription au sein d’une structure, il est conseillé de se rendre sur place avant le jour J. Vous pouvez établir une check-list adaptée au handicap de l’aidé afin de vérifier que tous les points sont bien respectés.

5. Accompagner la personne en situation de handicap

Lorsque la personne en situation de handicap ne peut pratiquer seule une activité, il peut être du ressort de l’aide à domicile de l’accompagner. Accompagner ne signifie pas infantiliser l’aidé mais avoir un comportement bienveillant à son égard : signaler les obstacles si la personne est en fauteuil roulant, encourager la personne à échanger avec les autres en ne répondant jamais à sa place…

6. Encourager l’aidé à inviter des amis en votre présence

personne en situation de handicap sera, probablement, ravie de pouvoir inviter l’un de ses amis à boire le café à son domicile, par exemple. Vous pouvez alors suggérer d’inviter un ami et rester à l’écart si le handicap de l’aidé ne nécessite pas à tous moments votre présence.

7. Echanger et partager quotidiennement avec l’aidé

Il est fondamental que la relation aidant/aidé ne se limite pas aux échanges effectués lors des tâches obligatoires telles que la toilette ou la prise des repas. Vous pouvez partager des activités qui intéressent l’aidé comme la lecture du journal, un jeu de société ou la préparation d’un gâteau afin de créer une complicité.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Maintenir le lien social face à la perte d’autonomie

 La médiation animale

 Portail du Tourisme & Handicap en France

Partagez sur :