Travailleur handicapé : aménager son poste de travail

travailleur handicapé

De retour d’une hospitalisation, vous ne vous sentez pas encore prêt à reprendre le travail à temps complet. Vous êtes en situation de handicap, mais vous souhaitez vous réinsérer en milieu professionnel ou simplement garder votre emploi.

Dans ce cas, cet article est fait pour vous. Nous vous expliquons en détails comment aménager votre lieu et votre temps de travail pour favoriser le votre autonomie et le maintien à l’emploi. C’est parti.

Aménagez votre lieu de travail avec l’aide de votre employeur

Que ce soit suite à une hospitalisation ou à un handicap, vous ne pouvez retrouver votre emploi que lorsque vous obtenez l’accord du médecin du travail.

On ne s’attend pas forcément à ce que vous soyez remis sur pied, la guérison peut se faire progressivement.

Dans ce cas, le médecin vous délivre ses prescriptions et ses recommandations pour adapter votre poste de travail. Vous n’aurez plus qu’à les mettre en place avec l’aide de votre employeur. Cela peut être :

  • changer de siège et opter pour un fauteuil ergonomique ;
  • modifier l’éclairage du lieu de travail ;
  • aménager une voiture de fonction ;
  • diminuer les gestes de manutention ;
  • réduire le travail en hauteur ;
  • etc.

Pour connaître les mesures les plus pertinentes, il est nécessaire de mener une étude pour analyser les exigences du poste et les facultés du travailleur handicapé.

Réorganisez votre temps de travail et vos horaires

L’aménagement de votre poste de travail, ce n’est pas seulement adapter votre bureau ou le lieu dans lequel vous travaillez ; c’est aussi modifier si nécessaire les horaires, l’organisation et le rythme de travail.

En fonction de vos besoins, il sera peut-être judicieux de demander à bénéficier d’une activité réduite. Cela vous permettra de bénéficier de moments de repos plus fréquents pour éviter d’être en état de fatigue et de vous rendre avec plus de facilité à vos éventuels rendez-vous médicaux.

En tant que travailleur handicapé, vous pouvez envisager, avec l’accord de votre employeur, d’ajouter des pauses ou de commencer l’insertion professionnelle par un temps partiel. Il est, en effet, crucial de penser aux conséquences du handicap sur le travail à réaliser. De plus, certains traitements utilisés peuvent avoir une influence sur la concentration ou la fatigue.

Misez sur le temps partiel thérapeutique

Vous avez entendu parler du temps partiel thérapeutique ? Si vos capacités ont diminué suite à une hospitalisation ou un handicap, la médecine professionnelle vous propose différentes solutions pour aménager votre temps de travail, le temps partiel thérapeutique en fait partie.

Celui-ci est indiqué quand :

  • le maintien à l’emploi ou la reprise du travail semble, aux yeux du médecin, bénéfique pour votre état de santé ;
  • vous entamez une réadaptation professionnelle dans l’objectif de trouver un emploi en adéquation avec vos capacités actuelles.

Bien sûr, votre employeur doit donner son accord de principe pour que ce temps partiel soit mis en place. Vous voyez ensuite avec lui comment organiser vos heures de travail et quelle rémunération vous pouvez espérer.

Bon à savoir : la perte d’une partie de votre salaire peut être complétée par une aide financière. Le temps partiel thérapeutique est évidemment temporaire. Si une fois terminé, vous ne pouvez pas reprendre une activité professionnelle à temps complet, pensez à demander une pension d’invalidité.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 La prestation de compensation du handicap (PCH)

 Zoom sur le handisport

Partagez sur :