Dépendance : comment accueillir son parent âgé chez soi ?

dépendance

Accueillir chez soi un parent lorsqu’il devient dépendant n’est pas une décision à prendre à la légère. Bien au contraire, elle mérite réflexion en associant le cercle familial (conjoint, enfants…) et un regard lucide sur l’état de santé du parent et de ses propres capacités notamment en termes de disponibilité. Il faut se poser bien des questions : Comment aider son parent à conserver un minimum d’autonomie ? Comment adapter au mieux son logement ?  Comment maintenir l’équilibre familial ? Le blog Maintien à domicile vous répond.

Quelles sont les principales contraintes matérielles ?

  • Recréer un chez-soi

Si l’accueil chez soi d’une personne âgée n’est pas simple pour la famille, il ne l’est pas plus pour le parent âgé qui doit quitter son logement, son environnement. L’appropriation de son nouveau « chez-soi » sera facilité par la mise à disposition d’un espace privatif (une pièce) où le parent pourra installer quelques meubles personnels, apposer des photos, emporter ses albums souvenirs ou son animal de compagnie.

  • L’adaptation du logement au handicap

Accueillir chez soi un parent dépendant nécessite bien souvent une adaptation du logement au handicap afin de lui permettre de garder un minimum d’autonomie et de respecter sa dignité dans l’accomplissement des gestes ordinaires de la vie quotidienne (s’habiller, se laver, aller aux toilettes…). Il existe également de nombreux équipements, notamment mobiliers, destinés à lui faciliter la vie : déambulateur, rehausseur, lit médicalisé … Quelques travaux pourront s’avérer nécessaire : élargir les portes, installer une douche à la place d’une baignoire, rehausser la cuvette WC… Des aides à l’adaptation du logement peuvent être accordées par les caisses de retraite et les mutuelles : n’hésitez pas à les solliciter.

Dans la mesure du possible, la réalisation d’un studio indépendant à proximité de son logement apparaît comme une solution idéale : assurer une présence pour son proche, tout en préservant l’intimité de chacun.

Comment préserver l‘autonomie de son proche ?

Lorsque la décision est prise d’accueillir son proche dépendant, c’est qu’il n’est plus en capacité de rester seul chez lui. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il ne peut plus rien faire.
Surprotéger son parent n’est certainement pas la meilleure solution. La perte d’autonomie est déjà un cap difficile à passer pour les seniors, les priver des seules choses qu’ils peuvent encore faire, de leurs seuls plaisirs, risque de les plonger dans la dépression. Pour éviter cela, il est indispensable de valoriser son parent en lui donnant de petites responsabilités comme aider à la préparation des repas, s’occuper des fleurs, chercher le pain… ou tout simplement de le faire participer aux tâches quotidiennes, à la vie de la famille.

Accueillir son parent dépendant : comment bien s’entourer ?

  • Ne pas vouloir porter seul le poids de l’aide

Le poids de l’accueil de son parent dépendant ne peut être porté seul. Il est important de s’entourer de sa famille, ses amis proches, ses voisins… car chacun peut apporter son aide, qu’elle soit ponctuelle ou plus régulière.

  • Faire appel à des services d’aide au maintien à domicile

Selon le degré d’autonomie de la personne âgée, il existe une palette de services collectifs (ex. l’accueil de jour dont l’objectif est de maintenir l’autonomie et la sociabilité en soulageant les aidants pour une journée ou une demi-journée), et de services d’aide à la personne qui concourent à permettre le maintien à domicile aussi longtemps que possible.

Azaé, structure spécialisée, a notamment développé une gamme de services à la personne destinée à répondre aux besoins spécifiques de publics fragiles, en perte d’autonomie. Qu’il s’agisse de l’entretien du cadre de vie (ménage, repassage…), de l’aide aux courses ou de l’aide à la vie quotidienne (hygiène corporelle, habillage, préparation des repas…) ces prestations sont assurées par des auxiliaires de vie formés, diplômés et expérimentés. Mais au-delà d’une aide physique, les prestations proposées par Azaé apportent également un soutien psychologique et permettent de conserver du lien social.

Rappelons que ces services ouvrent également droit à des aides financières (dont l’Aide Personnalisée à l’Autonomie servie par le Conseil départemental en liaison avec les caisses de retraite) et à des réductions d’impôts.

  • Se préserver et préserver l’équilibre familial

Si s’occuper de son parent dépendant demande du temps, cela ne signifie pas sacrifier sa vie personnelle et familiale. Chacun doit pouvoir préserver son intimité et son mode de vie, même si cette cohabitation nécessite quelques concessions (d’où l’importance d’une réflexion murie en amont avec tous les membres de la famille). Il est indispensable de fixer certaines règles de vie commune, de s’octroyer des pauses pour souffler et penser à soi… et d’accepter de se faire aider sans culpabiliser.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Comment anticiper la dépendance des seniors ?

• Dépendance des personnes âgées : comment l’accepter ?

• Perte d’autonomie : quelles solutions d’hébergement ?

 

Partagez sur :