Aidant : se préserver pour aider longtemps

Aidant : se préserver pour aider longtemps

L’aidant : Un rôle essentiel, une double tâchelogo_domisielL’aidant qu’il soit naturel, proche ou familial, joue un rôle essentiel pour l’accompagnement de l’aidé. Sa tâche est double. Elle consiste à la fois à soutenir l’aidé et à le soulager des difficultés dues à la perte d’autonomie et à la fois à être présent continuellement, indépendamment de sa situation personnelle.

Se préserver pour aider longtemps devient alors essentiel ! 

« Se préserver en tant qu’aidant », que faut-il entendre par là ?

Cela ne signifie aucunement qu’il faut diminuer l’aide pour l’aidé. Il s’agit plutôt d’aider plus efficacement, de manière optimale. Comment peut-on accompagner l’aidé de manière optimale ? En ayant recours aux structures et programmes d’accompagnement, en laissant de côté tout sentiment de culpabilité, en prenant du temps pour soi, pour conserver et cultiver son « jardin personnel ». L’objectif est de limiter la fatigue, la lassitude et l’isolement parfois associé à la gestion quotidienne d’une personne fragilisée. Ainsi ces temps de « respiration » permettent d’être plus à l’écoute et plus disponible et finalement d’être un meilleur aidant.

Il est plus simple de s’extraire du « qu’en dira t-on », lorsque l’on prend conscience que c’est l’aidé qui profite le plus de cette disponibilité. En effet, il ne s’agit pas de se dédouaner en confiant l’aidé, mais plutôt de trouver une organisation qui engendre une meilleure qualité de vie pour l’aidant.

Les accueils de jour offrent la possibilité d’une pause hebdomadaire, pour réaliser une tâche administrative ou tout simplement, prendre du temps pour soi.

Il existe également des formations pour les aidants afin de mieux comprendre leur rôle, de mieux connaître les solutions à sa disposition et les moyens de mieux se préserver. Ces formations sont organisées le plus souvent par des relais locaux bien au fait des dispositifs en vigueur et maîtrisant les problématiques de la gestion quotidienne d’une personne aidé (exemple : Les CLIC – Centre Locaux d’Information et de Coordination gérontologique).

La pratique d’une activité de loisir avec l’aidé constitue également un moyen de rompre avec le quotidien et avec une relation qui a tendance à centrer le binôme exclusivement  autour de l’aidé. L’aidé et l’aidant peuvent alors redécouvrir leur relation, une complicité naturelle…, l’échange de sourires et l’expression d’un attachement mutuel.

L’activité physique est un outil intéressant. Elle offre à la fois la possibilité de limiter les symptômes des pathologies de l’aidé, tout en favorisant la prévention santé de l’aidant. Le tout dans une ambiance conviviale et ludique.

En résumé, et si nous suivons les préceptes de la psychologie humaniste, il est important d’être bien avec soi même pour être bien avec les autres.

 

Article rédigé par Domisiel 

 

Domisiel est une association faisant partie du Groupe Associatif Siel Bleu. Créé en 1997, ce dernier utilise l’Activité Physique Adaptée avec pour objectifs la prévention santé et le bien‐être des individus. L’association œuvre pour favoriser un maintien à domicile réussi et permettre à tous ceux qui le souhaitent de rester dans leur domicile le plus longtemps possible dans les meilleures conditions possibles.

Aujourd’hui, Domisiel a une présence nationale et compte 270 intervenants issus de la formation universitaire Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS – Fac des Sports) qui accompagnent 70 000 bénéficiaires. L’un des grands principes régissant les activités du Groupe Associatif est l’accessibilité financière de tous aux activités.

Pour plus d’informations : www.domisiel.org

Partagez sur :